Féminines – Cédric Voutier (équipe de France militaire) : »La médaille serait une juste récompense »

A 18h, l’équipe de France féminine militaire drivée par Cédric Voutier jouera pour la médaille de bronze dans cette coupe du monde disputée aux Etats-Unis. La Chine se dresse devant la France avec de sérieux atouts. Le sélectionneur ne voit pas un autre destin que partir des USA avec une médaille au cou. (par Puk)
 
Vous terminez la phase de poule a la seconde place. Que retenez vous de cette phase ?
On finit bien cette phase de poule en se qualifiant de belle manière pour le match de la troisième place. De cette phase, on retiendra beaucoup de choses. Tout d’abord qu’il est très difficile de jouer tous les deux jours de plus sous 40 degrés et sur synthétique. Quand on voit la coupe du monde masculine sur herbe avec une rencontre tous les quatre jours en moyenne, vous pouvez imaginer la difficile gestion de l’effectif et de la récupération qui se pose dans notre compétition. De plus sans demi finale, personne n’a droit à l’erreur ! C’est une compétition très exigeante mais c’est aussi son charme. On a pu voir des approches footballistiques différentes . Un jeu brésilien très direct avec un gros potentiel offensif et efficace. Un jeu asiatique très technique et vivace…
 
Vous disputez la troisième place face à la Chine. Que savez vous de cet adversaire ?
La Chine est un adversaire très costaud. Il y a beaucoup de taille derrière et de la qualité technique collective. C’est une équipe qui joue toute l’année ensemble puisqu’elle est intégrée dans le championnat chinois de D2. Elle aura donc un avantage dans le jeu collectif et les automatismes. A nous de faire ce qu’il faut défensivement pour les gêner et offensivement pour créer de l’incertitude.
Nous avons pu voir leurs rencontres, elles étaient favorites pour aller en finale dans leur poule mais la Corée du Sud a crée la surprise en les battant sur le dernier match .
 
L’objectif était la médaille d or. N êtes vous pas trop déçu de disputer « que » la troisième place ?
L’objectif était certes de défendre le titre mais sur une rencontre tout est possible d’autant plus contre le Brésil qui était dernier finaliste et vainqueur des derniers jeux mondiaux. De plus cette équipe était bien meilleure que d’habitude puisque c’était l’équipe complète de flamenco qui joue le haut de tableau en championnat brésilien. De notre côté l’équipe est en totale reconstruction puisqu’il y a seulement cinq joueuses du dernier groupe champion du monde. Ces petits détails comptent sur des rencontres de même niveau. Le carton rouge a déséquilibré le match car je pense qu’à 11c11 nous aurions été au dessus comme le montrent les occasions franches obtenues à 10c11 . Cela s’est confirmé sur les deux autres rencontres où nous avons eu un meilleur goal-average que les brésiliennes. C’est comme cela, il faut l’accepter. Mais nous ne sommes pas déçus car nous avons quand même une médaille de bronze mondiale à aller chercher ce qui dans une vie de sportive de haut niveau n’est pas si fréquent que cela … Aujourd’hui nous regardons vers l’avant donc vers France – Chine.
 
« S’il y a médaille demain, ce résultat tiendra bien sur la plus belle place à ce jour dans ma carrière d’entraîneur »
 
Face au Brésil, il a manqué la réussite. Elle est venue contre le Bahreïn mais on se rappelle des éliminations des A dans les grands tournois en raison des même soucis face au but. Comment travaillez vous ce secteur ?

La finition, vaste débat dans le football…C’est un domaine difficile à travailler,encore plus avec une sélection où vous êtes en crise de temps. Crise de temps avant la compétition pour préparer le groupe et crise de temps dans la compétition avec des rencontres tous les deux jours.
Quant on sait la difficulté et le temps nécessaire à cette phase de jeu avec de plus la maîtrise des habiletés mentales qui y sont associées (maîtrise des émotions, confiance en soi, prise de risque …) c’est un travail de longue haleine.
De notre côté nous essayons de mettre en place une qualité de jeu collectif qui doit nous amener à déséquilibrer l’adversaire afin de se placer le plus souvent possible dans les meilleures conditions en situation de pouvoir finir. Nous plaçons aussi les joueuses dans les meilleures dispositions mentales afin qu’elles soient déterminées et en confiance devant le but adverse pour marquer et ce même dans de situations compliquées.
 
Si médaille il y a, quelle place tiendra-t-elle dans votre carrière ?
S’il y a médaille demain ce dont je ne doute pas, ce résultat tiendra bien sur la plus belle place à ce jour dans ma carrière d’entraîneur . Tout d’abord car c’est une médaille sur une compétition mondiale ce qui n’est pas monnaie courante dans la carrière d’entraîneur (en tout cas dans la mienne ce sera la première ) et car j’en suis le sélectionneur !
 
Comme d’habitude, à vous le dernier mot :
Merci des encouragements reçus pour cette derniere marche. La médaille serait une juste récompense pour les joueuses qui ont été consciencieuses et rigoureuses tout au long de l’avant et de la compétition. A nous de valider cela sur le terrain car on sait qu’au haut niveau seul le terrain valide les efforts réalisés!
 
propos recueillies par Puk