Féminines – Cédric Voutier et les Bleues défient le BRESIL !

Après une entrée en matière réussie face à l’Allemagne, les Bleues s’attaquent à un gros morceau avec les Brésiliennes. Une rencontre toujours engagée. A quelques heures du coup d’envoi (4h du matin dans la nuit de Lundi à Mardi), Cédric Voutier nous fait partager ses vues sur la rencontre et la préparation de son équipe pour cette échéance capitale.
 
Victoire 6-0 contre l’Allemagne en ouverture. Tes impressions sur ce premier match ?
Premier match avec bonne entrée en matière avec tous les objectifs réussis à savoir gagner, pas de blessée et un contenu intéressant dans la possession de balle et dans les attaques rapides. Il n’est jamais évident de bien rentrer dans une coupe du monde, là c’est chose faite.

 
Les Françaises ont fait la différence en seconde période semblant plus fraîches que leurs homologues. La préparation physique lors du stage a fait la différence ?
Je ne sais pas si la préparation physique du stage et d’entre deux stages a fait la différence, mais je pense que notre possession de balle ajoutée à la forte chaleur a usé les Allemandes. De plus nous avons été très efficaces sur chaque attaque rapide.
 
« Ça se joue toujours sur des détails! »
 
Maintenant place au Brésil qui n’a pas encore joué dans cette compétition. On attend une équipe très forte du Brésil. Comment vois-tu cette rencontre ?
Le match du Brésil sera très compliqué ! France-Brésil est la finale des deux dernières compétitions militaires donc cela peut s’apparenter à une finale avant l’heure même si la Chine et la Corée du Sud pratiquent un très beau football dans l’autre poule. Les joueuses du Brésil jouent ensemble depuis longtemps et sont très athlétiques. Elles jouent en Division 1 Brésilienne. Le match se jouera sur des détails mais c’est le haut niveau. Ça se joue toujours sur des détails!
Je vois un match très serre avec une projection vers l’avant rapide et technique des Brésiliennes et plus de préparation chez les Françaises. Le potentiel offensif sera présent des deux côtés. L’équipe qui fera le moins d’erreur et qui sera la plus efficace gagnera. Le Brésil nous ayant vu joué a donc pris pris énormément d’informations. De plus elles n’ont pas encore joué donc elles seront plus fraiches que nous mais elles auront le désavantage de ne pas encore être rentrées dans la compétition. Nous avons engrangé un capital grâce à la victoire contre les Allemandes donc c’est du 50/50.
 
Le temps de récupération étant minimum, comment prépares tu tes joueuses pour cette finale du groupe ?
Le temps de récupération donné entre deux matchs est presque inhumain… Jouer tous les deux jours sur synthétique sous 35 degrés, c’est très difficile. On a mis en place des protocoles de récupération d’après match (nutrition, bains froids, bain alternés, bluetens, sommeil, massages, bottes de compression…) et de régénération dès le lendemain de match (drainage, auto massages…). Il est aussi important de récupérer mentalement. La séance d’hier a été individualisée avec une séance pour celles ayant peu ou pas joué et une de régénération pour celles ayant joué plus de 60 minutes.
 
Comment se passe ta vie de sélectionneur entre deux rencontres ?
La vie de sélectionneur est classique mais passionnante : gestion humaine du groupe, préparation contenu de séance, analyse et séance vidéo, entretien avec joueuses…
 
A toi le dernier mot :
Merci à tous les messages de soutien venus de la France. À demain matin 4h heure française!
 
Propos recueillis par Puk