Ligue – Arnaud Dalla Pria : »Il est important de rassurer les clubs »

Journée communication pour le président de la ligue qui avait invité les différents médias football de la région pour répondre à leurs questions. La rédaction de puketmatch a pu s’entretenir avec Arnaud Dalla Pria sur de nombreux sujets, notamment ceux qui font débat actuellement dans notre département.

Comment se passe le début de votre mandat?

Pas évident en raison de la conjoncture liée au Covid. Mais nous avons profité du manque de compétition pour nous organiser et préparer nos actions. Nous avons désormais trouvé nos marques donc on peut dire que ce début de mandat se passe bien malgré quelques surprises comme le manque d’économie réalisée par nos prédécesseurs ou le manque d’investissement dans les bâtiments.

Comment cela se passe-t-il avec notre district des Hautes-Pyrénées ?

J’ai de très bonnes relations avec le président Rene Latapie. Cela nous permet d’avoir des actions collectives sur les clubs de niveau ligue et sur le relationnel avec le district. Nous travaillons sur le projet de territorialisation et le district du 65 a été en action sur ce dossier.

« Il n’y aura pas de suppression de district »

Des rumeurs persistantes courent sur une suppression de certains petits districts dont celui des Hautes-Pyrénées. Info ou intox ?

Après cette période d’incertitude, il est important de rassurer les clubs. Il n’y aura pas de suppression de district, ni celui du 65, ni d’autre…à moins qu’un projet soit dans les cartons dont j’ignore l’existence. Justement, pour défendre les « petits » districts, les championnats de territorialisation peuvent être une aubaine. Il va permettre d’avoir un étage supplémentaire entre les championnats régionaux voués à être l’élite, et les championnats District pour les clubs en voie de développement. Un district comme le 65 peut avoir à sa charge la gestion d’un championnat territorial. Nous allons d’ailleurs uniformiser les barèmes disciplinaires pour qu’ils soient les mêmes dans les différents districts.

Certains clubs se tournent vers des districts d’autres ligues pour faire évoluer leurs équipes dans des championnats structurés notamment en U19. Que pensez-vous de cette situation ?

Je suis partagé. D’un côté, je veux que les jeunes jouent au football donc je ne peux pas blâmer les gens qui trouvent des solutions pour jouer au foot. Ce n’est donc pas incohérent de voir des clubs franchir le pas. De l’autre côté, je me dis que si des personnes vont ailleurs, c’est qu’il y a un problème. C’est en cela aussi que la territorialité des championnats que nous mettons en place peut-être une réponse, tout comme la diversité des pratiques. Maintenant, j’aimerais que ce soit l’inverse, que ce soit les clubs des autres ligues qui viennent chez nous. Pour cela, il faut proposer un football de qualité et une offre construite.

« Il n’est pas choquant de voir des petits clubs se regrouper »

Il y a une inquiétude dans les petits clubs qui doivent souvent se regrouper pour exister dans les catégories de jeunes notamment. Pourront-ils toujours exister ?

Il ne faut pas se cacher, le football avance différemment si on est en périphérie Toulousaine ou dans les zones plus rurales, désertifiées. Nous nous retrouvons dans certains districts avec des effectifs faibles chez les séniors, encore plus faibles chez les jeunes, encore plus faibles chez les femmes ou le foot loisir. Il y a forcément de l’inégalité selon le secteur géographique ou le type de football pratiqué. C’est pour cela que nous voulons que chacun trouve sa place grâce aux différents championnats que nous proposerons mais aussi dans la diversité des pratiques.

Au vu de la structure de compétition proposée, il n’est pas choquant de voir des petits clubs se regrouper pour présenter une équipe dans une catégorie pour disputer soit un championnat territorial ou district. Tout le monde n’a pas vocation à jouer dans les championnats de ligue. C’est malheureusement dans l’air du temps où il faut s’adapter à la désertification de nos villages. Le plus gros challenge va être l’évolution du football féminin et du foot loisir qui doit être un vecteur de nouveaux licenciés.

Comment se comporte la ligue et les clubs au niveau financer ?

Pas trop mal j’ai envie de dire. Nous avons réussi à ne faire aucun licenciement et c’est une grande satisfaction. Nous avons profité de la période pour faire des économies en revoyant certains contrats et en supprimant certains autres. Nous travaillons pour être en ordre de marche dés cet été pour présenter un budget qui tient la route à l’AG d’hiver.

Côté club, certains vont bien car ils ont eu moins de frais car il n’y a pas eu les déplacements, les frais d’arbitrage,..Pour d’autres, c’est plus compliqué. La ligue est au soutien des clubs. Nous allons faire baisser les frais de fonctionnement pour les clubs sur les compétitions R1, R2 et R3 notamment. Il ne faut pas oublier que la ligue a participé au fond de solidarité avec les fameux 10€ par licencié et aussi sur le remboursement des engagements.

Maintenant, la ligue ne vit pas sur un trésor de guerre. On ne pouvait pas par exemple rembourser les frais de licences. On aurait alors mis le fonctionnement de la ligue à mal et on aurait été obligé de licencier la moitié de nos effectifs. Ce qu’il faut comprendre, c’est que la moindre baisse de coût que nous accordons à d’énormes impacts. Quand on baisse de 2.50€ la licence dirigeant, il faut les multiplier par le nombre de dirigeants sur toute l’Occitanie! Au total, nous allons baisser de 100 000€ par an les frais soit 400 000€ sur l’ensemble de notre mandat. Je parle d’une baisse pérenne, pas occasionnelle.

« Je tiens à saluer l’imagination des clubs »

Avez-vous peur d’une baisse de licencié à la rentrée ?

Nous avons connu une baisse de 12% des licenciés lors de cette crise Covid. Le gros enjeu va être de faire revenir les 18/20 ans qui ont eu d’autres habitudes pendant cette période. Je crois à l’effet Euro 2020 et à l’attractivité du football. C’est en diversifiant les pratiques (fit foot, golf-foot,…) que nous attirerons de nouveaux pratiquants. Je ne suis pas inquiet.

Je tiens d’ailleurs à saluer l’imagination des clubs pendant cette période. Les dirigeants ont tout fait pour continuer à faire vivre leur club et faire venir leurs licenciés. A la reprise, tout le monde va retrouver le plaisir du football. J’espère donc que les comportements dérivants ne reviendront pas et que le plaisir de jouer l’emportera.

Depuis le début de votre mandat, il y a beaucoup de communication, ce qui tranche avec l’ancienne équipe dirigeante. A quoi pouvons-nous nous attendre dans ce domaine dans les prochains mois ?

La communication est importante pour faire passer les messages, avoir de la proximité mais aussi mettre en valeur nos compétitions. Deux personnes sont détachés au service Partenarait/Marketing/Communication. Dans les jours et mois à venir, le logo devrait évolué, la ligue va se doter d’un hymne officiel afin d’instaurer une dynamique de notre football régional. Nous voulons développer l’identité des championnats pour peut-être les vendre et avoir des revenus. De nombreux districts sont intéressés par cette démarche. Nous réalisons actuellement des échanges en visio avec les clubs, avec la presse. Mettre en avant notre travail, celui des clubs et nos compétitions fait parti de l’attractivité dont nous parlions.

Par Puk