Féminines – François Sierra (SOUES): »En huit mois, j’ai pris cinq ans d’expérience »

François Sierra nous explique son épanouissement auprès du football feminin, une première expérience concluante.

Quel bilan faites vous de votre saison jusqu’à présent ?

Nous avons deux équipes. Une évoluant en district qui se défend très bien avec une majorité de novices qui progressent vite par leur assiduité et leur sérieux aux entraînements et certaines plus expérimentées autour d’elles qui les tirent vers le haut. C’est plaisant de voir la marge de progression qu’elles ont. Et une autre équipe en R2. Un championnat où nous étions trois équipes à égaliter à 15 points pour accéder à la poule de montée et finalement nous sommes en poule de maintien. Il fallait faire le taf avant et pas attendre les calculs d’apothicaire, mais rien d’alarmant car le travail fini toujours par payer. Après il faut apprendre de nos erreurs car c’est ce qui nous fera franchir les paliers et être plus régulières dans nos résultats. Mais je sais que ce groupe de 36 joueuses répondra présent pour se maintenir en R2 car nous sommes loin de notre vrai niveau footballistique. Vous inquiétez pas on finira à 100% et faut pas oublier que nous avons déjà gagner un titre de championnes départementales de futsal et nous irons représenter les Hautes Pyrénées aux finales d’Occitanie.

Comment allez vous gérer cette période d’inactivité du fait au black out lié au coronavirus ?
Elles ont reçu un programme de séances individuelles à faire le lundi, mercredi et vendredi sur deux semaines (pour l’instant) , afin d’être prêtent à reprendre la compétition dès que nous le pourrons.

Si les compétitions peuvent reprendre début avril, quelle serez pour vous la meilleure solution pour garantir l’équité de celles ci?

Je pense qu’il faut finir les compétitions telles qu’elles étaient prévues juste en reportant les match qui n’ont pas été joué tous simplement.

Comme d’habitude, à vous le dernier mot :
C’est une saison super intéressante, c’est tout nouveau pour moi le football féminin et après huit mois, je peux vous dire qu’il n’est pas mis en lumière comme il le devrait. En huit mois, j’ai pris cinq ans d’expérience de gestion de groupe, de gestion humaine et en face de toi tu as un public intéressé, respectueux du football et du savoir vivre footballistique et humain, avec toujours envie d’apprendre et progresser, mais aussi un public de caractère et qui s’est dire les choses pour faire avancer le groupe. Je ne regrette en aucun cas mon choix d’avoir accepté ce challenge et remercie Philippe Mouret et Sébastien Vigneaux pour ce projet. Je voudrais remercier David Gador qui est un dirigeant exemplaire et investi avec moi depuis début de saison et il y a de moins en moins de telles personnes. Surtout prenez soin de vous et de vos proches, la santé de chacun et de ses proches restant la priorité et en espérant que ce fléau qui s’abat aujourd’hui sur nous sois vite derrière nous et une pensée à tout les personnes atteintes aujourd’hui de ce virus.